Qu’implique MiFID II pour vous ?

Une nouvelle directive européenne, MiFID II, entrera en vigueur dès le 3 janvier 2018. Son objectif : protéger mieux encore les investisseurs et accroître la concurrence et la transparence sur les marchés financiers.
 
Nous avons établi une liste de questions-réponses pour qu’en tant que client, vous ayez une meilleure idée de ce qu’implique concrètement cette nouvelle réglementation pour vous. Vous avez besoin d’explications supplémentaires ou d’autres questions spécifiques ? N'hésitez pas à prendre contact avec le Bolero Orderdesk au 0800 628 17. 
 
Vous trouverez également ci-dessous un aperçu de tous les documents actualisés ou mis à jour dans le cadre de cette nouvelle réglementation : 
 

Questions fréquemment posées

1. Qu'est-ce que MiFID II?
MiFID signifie « Markets in Financial Instruments Directive ». Il s’agit d’une directive européenne qui impose plusieurs règles et obligations aux banques/brokers afin de mieux vous protéger, en tant qu’investisseur, et d’accroître la concurrence et la transparence sur les marchés financiers. 
 
MiFID II succède à la Directive MiFID I, entrée en vigueur en 2007. Parmi les principes de cette première directive MiFID, nous noterons p. ex. le Test de connaissances et d’expérience en matière d’investissement que Bolero vous demande de remplir. Nous pouvons ainsi vérifier l'adéquation de certains titres en fonction de vos connaissances et de votre expérience et vous recevez une notification lorsque vous êtes sur le point d’acheter un produit complexe qui ne répond pas à vos connaissances et votre expérience. Et vous connaissez déjà la « Best Execution » : le principe en vertu duquel Bolero est tenu d’entreprendre toutes les démarches raisonnables pour vous proposer la meilleure exécution de votre ordre. 
 
Si vous souhaitez en apprendre plus au sujet de MiFID II, veuillez consulter le site Internet de Febelfin. 
2. Comment MiFID II assure-t-elle une meilleure protection de l’investisseur ?
MiFID II comprend toute une série de mesures censées renforcer la protection des investisseurs :
 
  • Des règles plus strictes pour la vente de produits complexes
  • Des procédures plus strictes pour faire en sorte que les bons produits arrivent aux mains du public cible adéquat (« product governance »)
  • Des règles strictes pour la protection des investisseurs (dépôt des titres, sous-dépôts…)
  • Restrictions sur les commissions que les établissements financiers peuvent payer et recevoir lorsqu’ils fournissent des services d’investissement
  • Devoir de diligence renforcé pour les prestataires de services d’investissement
  • Meilleure fourniture d’informations au client
  • Plus de transparence sur les frais
  • Plus de formations pour le personnel
  • Sanctions plus strictes et nouvelles compétences pour les régulateurs
  • Meilleure identification des donneurs d’ordre de transactions financières pour détecter plus rapidement les abus de marché
  • Règles plus strictes pour les entretiens téléphoniques et la communication électronique dans le cadre des services d’investissement
Si vous souhaitez en apprendre plus au sujet de MiFID II, veuillez consulter le site Internet de Febelfin. 
3. Quels changements MiFID II implique-t-elle pour Bolero à partir du 3 janvier 2018 ?
  1. L’émetteur de l’instrument financier doit indiquer pour quel type d’investisseur et pour quel service un instrument financier convient. Si vous souhaitez acheter un titre ou un instrument financier qui n’est pas autorisé pour les investisseurs retail ou particuliers ou pour un service « execution only »  (= le service que Bolero propose et qui consiste à accepter et transmettre un ordre en Bourse, sans conseil), vous recevrez désormais une notification dans le ticket d’ordre. Vous ne pourrez pas acheter le titre mais vous pourrez le vendre si vous l’avez en portefeuille.
  2. Vous recevrez désormais un avertissement dans le ticket d’ordre si vous souhaitez acheter un titre complexe ou illiquide. Vous recevez un avertissement même lorsque l’instrument financier a été émis par KBC et que KBC n’est pas mentionnée explicitement dans le nom de l’instrument financier.
  3. À l’avenir, vous recevrez un aperçu de portefeuille tous les trimestres. Une notification claire est prévue lorsque le cours mentionné est une valeur estimée. 
  4. Vous recevez une alerte par e-mail si la valeur de la partie à effet de levier de votre portefeuille a chuté de 10% ou plus. Vous êtes ainsi mieux en mesure de suivre les baisses importantes de votre portefeuille et d’entreprendre une action en temps voulu en tant que de besoin. Vous découvrirez le fonctionnement précis dans cette question spécifique.  
  5. Votre bordereau reprend une notification plus claire de toutes les places de marché (« trading venues ») sur lesquelles votre ordre a été exécuté, même lorsque KBC intervient en tant que contrepartie pour votre ordre
  6. Pour éviter toute manipulation de marché, toutes les transactions en actions, obligations, trackers, etc. de personnes physiques et morales et d’indivisions seront transmises quotidiennement au régulateur belge. Vous trouverez de plus amples informations sur cette obligation de reporting des transactions (« transaction reporting ») dans cette question spécifique
4. Quand suis-je averti qu’un produit est émis par KBC ?

Un avertissement supplémentaire a été prévu pour que les choses soient plus claires pour vous lorsque vous souhaitez acheter un titre émis par KBC (et pour lequel il pourrait y avoir conflit d’intérêts). Il n’apparaît que si KBC n’est pas mentionnée explicitement dans le nom de l’instrument financier. Vous ne recevez donc pas d’avertissement s’il apparaît clairement dans le nom de l’instrument financier que c’est KBC qui l’a émis. 

5. Que signifie la notification « ce produit est complexe » ?

L’émetteur de l’instrument financier indique si un produit est complexe et s’il est p. ex. structuré d’une manière telle qu’il est peut-être plus difficile pour vous, en tant qu’investisseur, d’en saisir les risques, le rendement potentiel ou les frais. Les options, warrants et turbos sont généralement considérés comme des produits relativement complexes. 

6. Que signifie la notification « Il est possible que ce produit soit illiquide. » ?

Plus la liquidité ou la mesure de négociabilité d’un titre est importante, plus il vous est facile, en tant qu’investisseur, de revendre le titre si vous le souhaitez. Le spread ou l’écart entre les cours acheteurs et les cours vendeurs est généralement moindre aussi pour les titres plus liquides. Cela signifie donc que lorsqu’un titre est illiquide, il est non seulement généralement plus difficile de le négocier, il est aussi plus difficile de recevoir un prix raisonnable en contrepartie. C’est la raison pour laquelle vous recevrez désormais un avertissement lorsque vous souhaitez acheter un titre qui peut être illiquide. 

7. Comment fonctionne la notification qui m’avertit lorsque la partie à effet de levier de mon portefeuille a baissé de 10% ?
Par partie à effet de levier, nous entendons tous les instruments financiers « à effet de levier » ou tous les instruments ayant une composante à effet de levier que vous détenez en portefeuille, et notamment les produits dont les obligations (actuelles ou futures) que vous avez en tant qu'investisseur peuvent dépasser la valeur initiale, et dont le cours peut aussi prendre plus rapidement une direction non désirée pour vous, en tant qu’investisseur. Les options et les warrants sont des exemples d’instruments financiers à effet de levier. 
 
Vous recevez un avertissement par e-mail à chaque fois que la valeur de la partie à effet de levier de votre portefeuille baisse de 10% ou plus (et ensuite d’un multiple de 10%) par rapport à la valeur initiale de la partie à effet de levier. Ce calcul est effectué à la fin de chaque journée de négociation. En tant qu’investisseur, vous pouvez ainsi suivre toutes les baisses majeures possibles dans votre portefeuille et réagir immédiatement en tant que de besoin. La valeur initiale de la partie à effet de levier de votre portefeuille est recalculée lors de tout achat ou toute vente d’instruments financiers à effet de levier. Le 1er janvier 2018, un instantané de la valeur initiale de la partie à effet de levier de votre portefeuille sera pour la première fois réalisé.  Pour les portefeuilles (liquidités et titres confondus) de plus de 10 000 euros, la baisse doit être de 1 000 euros au moins pour recevoir une notification de baisse de 10%. Pour les portefeuilles de moins de 10 000 euros, la baisse doit être au minimum de 10% de la valeur totale du portefeuille pour déclencher la notification de baisse de 10%. Ainsi p. ex., pour un portefeuille de 1 000 euros, vous recevez une notification dès que la baisse atteint 100 euros.En ce qui concerne les options émises, c’est l’inverse : si leur cours augmente, la valeur de votre portefeuille baisse. Vous avez en effet contracté une obligation et vous avez une certaine « dette ». C’est la raison pour laquelle la quantité de cette position est toujours exprimée en négatif et qu’elle est déduite automatiquement de la valorisation de votre portefeuille. 
 
Vous ne pouvez pas désactiver ces avertissements. Considérez-les comme un déclencheur idéal pour jeter un œil dans votre portefeuille et comme une opportunité pour pouvoir profiter à temps d’une stratégie d'investissement.
 
Exemple simple :
Vous possédez seulement une position à levier dans votre portefeuille, achetée pour 1 000 euros.
La valeur initiale de votre portefeuille à levier qui se compose de cette seule position s’élève à 1 000 euros.
Vous recevrez un avertissement lorsque la valeur a baissé de 100 euros (-10%), 200 euros (-20%), 300 euros (30%)…
 
Chaque avertissement est envoyé seulement une fois : lors d’une remontée du prix suivie d’une nouvelle baisse, l’avertissement précédemment envoyé n’est pas répété.
Notez que nous partons toujours de la valeur originelle d’achat de 1 000 euros.
 
À un certain moment, vous achetez une deuxième position à levier :
À ce moment, la valeur initiale de votre portefeuille à levier est à nouveau calculée sur la base des cours de ce jour. Par exemple, la première position est entre temps retombée à 800 euros et la valeur de votre nouvelle position est de 500 euros : votre portefeuille à levier à une valeur de 1.300 euros.
Les avertissements seront désormais envoyés si la baisse dépasse la limite de valeur de 130 euros, 260 euros, 390 euros…
 
Il en va de même lorsqu’une partie de votre portefeuille à levier est vendue : un nouveau montant de départ est calculé.
8. En quoi consiste le transaction reporting ?
À partir du 3 janvier 2018, les établissements financiers européens seront tenus de communiquer à leur organe de contrôle (=transaction reporting) toutes les transactions négociées dans certains instruments financiers. Concrètement, cela signifie que Bolero doit transmettre quotidiennement à la FSMA, le régulateur des banques belges, certaines transactions de personnes physiques et morales et d'indivisions. Les transactions qui doivent faire l’objet d’un reporting comprennent les transactions d’achat et de vente, transferts, des corporate actions spécifiques et donations et transmissions par décès pour les comptes. Les transactions en fonds d’investissement, en assurances placement, en comptes à terme, qui concernent les liquidités de votre compte Bolero et les bons de caisse ne sont pas visées par la nouvelle mesure et ne doivent donc pas faire l’objet d’un reporting.
 
La nouvelle réglementation permet à la FSMA (régulateur des banques belges) d'avoir une meilleure vision du marché, afin de pouvoir détecter les mouvements et éventuelles manipulations du marché. Elle n'a en revanche aucune implication fiscale pour les investisseurs. 
 
Une identification correcte est requise pour pouvoir effectuer ce transaction reporting. En ce qui concerne les personnes physiques, le numéro d’identification correct est déterminé sur la base de la nationalité. Les personnes morales doivent se procurer un code LEI (Legal Entity Identifier). Vous trouverez ici de plus amples informations sur le code LEI et sur la façon de l’obtenir.  Les clients pour lesquels Bolero ne disposait pas des bons numéros d’identification ont été interpellés à ce sujet au cours des derniers mois. 
 
Si votre compte Bolero ne respecte pas la directive MiFID II (si vous ne nous avez pas transmis le bon numéro d’identification), les conséquences seront les suivantes :
  • Vous ne pourrez plus vous connecter à votre compte Bolero. 
  • Vous ne pourrez plus transmettre d’ordres (ni via la plateforme en ligne, ni via l’Orderdesk). 
  • Vos ordres ouverts seront annulés. 
  • Votre choix standard pour les dividendes sera adapté de titres à liquidités (si d’application). 
  • Vous ne pourrez effectuer de transferts.
Pour les nouveaux clients, Bolero ne pourra également pas ouvrir de compte sans disposer d’un numéro d’identification correct.
9. Dans le cadre de MiFID II, Bolero me demande des numéros d’identification supplémentaires ou un code LEI : pourquoi ?
À partir du 3 janvier 2018, les établissements financiers européens seront tenus de communiquer à leur organe de contrôle (=transaction reporting) toutes les transactions négociées dans certains instruments financiers. Une nouvelle réglementation en matière d’identification a été élaborée à ce sujet. 
 
Les personnes physiques seront identifiées sur la base de leur nationalité. Le numéro d’identification pour les Belges est p. ex. le numéro de registre national. D’autres numéros d’identification sont également demandés pour les autres nationalités. 
 
Un code LEI (Legal Entity Identifier) est utilisé pour identifier les personnes morales. Vous pourrez lire ici comment demander le code LEI pour votre société. 
10. Je lis sur mon bordereau « KBC ou l’un de ses partenaires intervient comme contrepartie ». Qu'est-ce que cela signifie ?
Lorsque votre ordre est exécuté de gré à gré (« over-the-counter »), il n’est pas exécuté sur une Bourse ou sur un MTF, mais l’on y recherche directement une contrepartie pour votre ordre. Les transactions de gré à gré sont p. ex. effectuées pour la négociation d’obligations. KBC intervient comme contrepartie pour certaines transactions. C’est p. ex. le cas lorsque vous souhaitez vendre une note KBC IFIMA. 
 
Comme il n’existe sur le marché OTC aucune partie centrale pour la livraison et le paiement de titres comme c’est le cas sur une Bourse réglementée, l’investisseur assume lui-même le risque de contrepartie en tant qu’acheteur ou vendeur si ces derniers ne peuvent respecter leur engagement. Si KBC ou l’un de ses partenaires est intervenu comme contrepartie pour l’un de vos ordres, vous recevrez désormais une notification sur votre bordereau.
11. Qu'est-ce qui change pour les tick sizes suite à MiFID II?

Suite à la nouvelle directive européenne MiFID II, le système pour les tick sizes a été adapté. Le tick size est la variation minimale qui peut exister pour un titre (p.e. 0,01 € - cela signifie que le cours du titre peut varier de minimum 0,01 € et vous, en tant qu'investisseur, ne pouvez insérer que des multiples de ce tick size comme limite pour un ordre à cours limité. Les tick sizes d'un titre sont toujours déterminés par la Bourse. 

Le sytème des tick sizes sur Euronext a changé le 2 janvier 2018. Dorénavant le tick size d'un titre est déterminé par la bande de liquidité (le nombre d'ordres dans ce titre en moyenne par jour) ainsi que le cours du titre. 

Chaque année les différentes bourses procèdent à une révision des tick sizes. A partir du 1er avril 2019, les tick sizes pour certaines valeurs cotées sur Euronext et sur Xetra sont soumises à un changement. Retrouvez, au bas de cette page, la liste détaillée des valeurs concernées. 

Dans la liste suivante vous pouvez retrouver la bande de liquidité pour les principales valeurs cotées sur Euronext: 

Pour la version la plus récente du fichier excel reprenant ces valeurs, rendez-vous sur le site d'Euronext. 

Si vous avez introduit un ordre qui a été annulé par le marché juste après, alors il se peut que vous n'ayez pas respecté le tick size correct. Veuillez alors adapter votre ordre. Bolero introduira ce nouveau système de tick size dans le ticket d'ordre au plus vite de sorte que vous receviez immédiatement une notification lors du passage de votre ordre si vous n'avez pas inséré le bon tick size

Un exemple du nouveau système de tick sizes pour l'action KBC: 

* Selon la liste publiée par Euronext, l'action KBC (ISIN: BE0003565737) se trouve en bande de liquidité 24. 

* Comme le cours de KBC se situe entre 50 € et 100 €, le tick size pour KBC est de 0,02 €. 

ASTUCE

Généralement vous pouvez déduire le tick size en regardant le carnet d'ordre de la bourse ou la profondeur du marché (à retrouver à droite dans le ticket d'ordre) sur base des écarts/arrondis entre les différents prix bid et ask.  

12. Quels sont les frais/indemnités repris dans l'aperçu des frais pour chaque ordre de Bourse ?

1. Les frais pour les services d'investissement Bolero, taxes payées comprises, correspondent aux frais et aux taxes que vous payez pour le service que propose Bolero.

Il s'agit plus particulièrement des frais suivants :

  • Les frais uniques : sont des frais que vous ne payez qu’une seule fois, et non périodiquement. Il s’agit, par exemple, des frais liés à un transfert de titres sortants;
  • Les frais courants : comme Bolero ne compte pas de droit de garde, ces frais sont rarement appliqués. Les frais courants sont par exemple les frais mensuels pour les clients qui souhaitent utiliser Bolero Trader en plus de la plateforme Bolero;
  • Les frais de transaction : sont les frais et les taxes liés aux transactions d'achat et de vente en Bourse, ainsi que les frais et les taxes appliqués aux dividendes;  
  • Les frais de services auxiliaires sont, par exemple, les frais pour les corporate actions ou l'établissement d'attestations;
  • Les frais marginaux: ne s'appliquent pas à Bolero.

Les frais de transaction sont répartis comme suit:

  • Les frais de courtage : les frais de transaction habituels en fonction de la taille de votre ordre et de la Bourse sur laquelle vous placez votre ordre. Consultez notre page Tarifs pour découvrir l'aperçu complet.
  • Les frais boursiers et taxes : les taxes boursières ou autres frais mis en application par les Bourses belges ou étrangères, ainsi que les taxes applicables sur les dividendes. Plusieurs de ces coûts sont repris dans notre aperçu des taxes boursières. 
  • La marge de change : un cours de change est utilisé lorsque vous voulez régler votre ordre dans une autre devise que le cours auquel le titre est coté. Bolero applique une marge pour cette transaction de change. La marge de change utilisée est une estimation sur la base du cours de change actuel.

L'ordre sera bien entendu exécuté au cours en vigueur au moment de l'exécution de votre ordre. 

2. Les frais liés au produit sont les frais de fonctionnement directement intégrés dans le cours de l'instrument par l'émetteur ou le gestionnaire du produit. Ces frais ne sont pas débités de votre compte en espèces mais ils pèsent sur votre rendement. Ces frais sont communiqués tels que Bolero les reçoit de leur émetteur. Ils sont d’application pour les fonds, les trackers et les ETF et les Turbos. Ils ne sont donc pas versés en faveur de Bolero, mais exclusivement au bénéfice de l'émetteur du titre. Ces frais peuvent varier d'un produit à l'autre: pour les trackers ou les ETF, il s'agit par exemple des frais de gestion, alors que pour les Turbos, il s’agit des frais de financement.

Les frais liés au produit se composés de la manière suivante:

  • Frais (produit) uniques;
  • Frais (produit) courants.

Par exemple la commission ou les frais de gestion d'un fonds.

  • Frais de transaction (produit).

Par exemple pour l'achat/la vente d'une action dans un fonds.

  • Frais (produit) marginaux.

Par exemple une commission de performance, en fonction des performances du produit.

3. Paiements de tiers: ce sont les frais ou « inducements » de tiers comme les émetteurs de produits (Par exemple les gestionnaires de fonds). Bolero perçoit ces frais pour la ventilation/distribution de certains produits d'investissement.

Ils ne sont pas débités de votre compte mais il s'agit d'une estimation des frais que Bolero perçoit, par exemple un certain pourcentage des frais de gestion. Pour avoir une idée de ces « inducements », nous vous renvoyons au document « Évaluation ex-ante des inducements » disponible sur la plateforme Bolero, à la rubrique « MiFID » dans les « Documents » sous l'icône  « ? » en haut à droite.

Important : dans l'aperçu des frais détaillé consacré au placement d'un ordre, seuls les frais de transaction pertinents pour cette transaction boursière sont repris sous la rubrique 'Frais pour les services d'investissement Bolero, taxes comprises'. En effet, à ce moment-là, il n’est pas possible d’évaluer si par la suite d’autres frais seront appliqués sur d'éventuels dividendes, corporate actions, etc. de ce titre.

13. Comment dois-je interpréter l'aperçu des frais avant le placement d'un ordre en Bourse?

En plus de la simulation des coûts de l'ordre que vous placez à ce moment-là, vous trouverez dans votre ticket d'ordre l’application des frais et des taxes sur votre rendement.

  • Vous découvrirez différents scénarios en fonction du type de transaction et du type de titre. En cas de vente, par exemple, vous ne voyez  que les frais effectifs de la vente et leur impact sur votre rendement.
  •  Les différents scénarios dépendront du délai de détention recommandé pour un titre. Ce délai est renseigné par les émetteurs de titres comme les trackers ou les ETF, les Turbos, etc., dans le document Informations clés pour l'investisseur. 
  • Les frais et les taxes sont à chaque fois libellés dans la devise de cotation du titre.
  • Vous pouvez encore dérouler et examiner plus en détail les rubriques 'Frais pour les services d'investissement Bolero' ou les 'Frais liés au produit'. 
14. Comment dois-je interpréter l'aperçu des frais avant l'achat d'action en Bourse?


 

Voici une illustration des frais appliqués lors d'un achat d'action:

Vous souhaitez acheter 25 actions KBC à un cours limite de 58 euros.

Lors de la simulation des coûts de votre ordre, vous voyez s'afficher une estimation des frais de courtage et de la taxe boursière que vous devriez payer pour cet ordre spécifique.

Vous voyez ensuite, en dessous, l'impact des frais et des taxes sur votre rendement. On tient compte ici tant des frais à l'achat que des frais en cas de vente éventuelle après un an.

En cas de vente de ces 25 actions, vous serez en outre redevable des frais de courtage et de la taxe boursière. Vous voyez ainsi que les frais pour les services d'investissement Bolero, taxes comprises, sont estimés au total (après achat et vente, après un an) à 25,16 euros. Soit 1,74% par rapport à votre investissement initial de 1 450 euros. Les frais et taxes pèsent donc sur votre rendement à hauteur de 1,74%. Vous n'enregistrez un gain qu'à partir d'un rendement supérieur à ce pourcentage.  

Comme cette action est cotée en euro et que votre ordre se règle en euro, aucune marge de change n'est appliquée. Si vous réglez en euro une action cotée en dollar, on partira du principe, pour calculer l'impact des frais et des taxes sur votre rendement, que vous souhaitez un règlement en euro aussi bien pour l'achat que pour la vente. Dans ce cas, on comptera donc une marge de change à deux reprises.

15. Comment dois-je interpréter l'aperçu des frais avant la vente d'action en Bourse?

Voici une illustration des frais appliqués lors d'une vente d'action:

Vous voulez vendre 50 actions Microsoft à une limite de 106 dollars. Vous optez pour un règlement par le biais de votre compte en euro.

Vous trouvez, en haut, une estimation des frais et des taxes d'application sur cet ordre de vente, et ce que vous devriez payer en dollar et en euro.

En cas de vente, seul l’application des frais et des taxes de la vente sur votre rendement s'affiche. En effet, les frais de votre achat sont déjà intégrés dans votre rendement actuel pour ce titre, repris dans votre portefeuille.

Vous notez que la vente pèse sur votre rendement à hauteur de 1,18%. Ce pourcentage est ventilé comme suit: les frais de courtage, les frais boursiers et taxes (la somme de la sec fee USA en cas de vente et la taxe boursière), ainsi que la marge de change parce que vous demandez le règlement de votre ordre en euro et non en dollar.

16. Comment dois-je interpréter l'aperçu des frais avant l'achat de trackers/ETF en Bourse?

Voici une illustration des frais appliqués lors d'un achat de trackers/ETF:

Vous souhaitez acheter 100 unités d'un tracker au BEL20.

Vous voyez tout d'abord la simulation des coûts de votre ordre d'achat, qui vous donne une estimationdes frais de courtage et de la taxe boursière que vous devriez payer à l'achat.

Vous voyez s'afficher en dessous un aperçu de l'impact des frais et des taxes sur votre rendement. Dans le cas d'un ordre d'achat, ce sont les frais et les taxes tant de l'achat que de la vente éventuelle qui sont pris en considération pour montrer l'impact sur votre rendement. Comme la plupart des émetteurs de trackers ont un délai d'investissement recommandé de cinq ans, vous voyez ici, dans de nombreux, cas l'impact possible en cas de vente éventuelle après un an, trois ans et cinq ans.

Dans le cas d'un tracker, en plus des frais pour les services d'investissement Bolero pour les ordres d'achat et de vente, il faut compter les frais liés au produit, autrement dit les frais pour l'émetteur du tracker intégrés dans le cours du tracker.

Pour calculer l'impact sur votre rendement, le montant total des frais est divisé par le montant brut de votre investissement initial puis par le nombre d'années pendant lequel on estime que vous détiendrez le titre.

Par exemple, en cas de vente après cinq ans, vous payez au total 169,75 euros de frais pour un investissement initial de 5 000 euros. Vous avez détenu les titres en portefeuille pendant cinq ans. L’application des frais et des taxes pèsera donc sur votre rendement à hauteur de 0,68%.

17. Comment dois-je interpréter l'aperçu des frais avant l'achat d'obligations en Bourse?

Voici une illustration des frais appliqués lors d'un achat d'obligations:

Vous souhaitez acheter une obligation pour un montant de 10.000 euros.

Vous voyez tout d'abord s'afficher une estimation du coût de votre ordre en fonction du cours de l'obligation, des frais de courtage et de la taxe boursière.

Vient ensuite l’applicationdes frais et des taxes sur votre rendement. En ce qui concerne les obligations, il n'y a généralement pas de frais liés au produit ni de paiements de tiers

Nous proposons plusieurs scénarios pour les obligations:

  • En cas de vente éventuelle après un an: vous payez ici des frais de courtage et une taxe boursière tant pour l'achat que pour la vente. Dans cet exemple, tous ces frais pèseront sur votre rendement à hauteur de 0,81%. Vous commencez à enregistrer un gain dès que votre rendement est supérieur à ce pourcentage.

 

  • À l'échéance après deux ans: si vous conservez l'obligation jusqu'à l'échéance finale, vous ne payez ni frais de vente, ni taxe boursière. Vous voyez que dans ce cas, seuls les frais d'achat pèsent sur votre rendement, à hauteur de 0,20% pour cette simulation. Les frais pour les services d'investissement Bolero sont divisés par votre investissement initial brut de 10.659,02 euros puis par le nombre d'années durant lesquelles vous avez conservé l'obligation.
18. Comment dois-je interpréter l'aperçu des frais avant l'achat d'options en Bourse?

Voici une illustration des frais appliqués lors d'un achat d'options:

Vous souhaitez acheter une option call sur Apple. Règlement par le biais de votre compte en dollar.

Vous voyez tout d'abord une simulation des frais pour votre ordre d'achat. Aucune taxe boursière n'est due sur les options.

L’application des frais et des taxes sur votre rendement est ensuite calculé pour différents scénarios en fonction de la durée de votre option:

  • Si vous fermez votre position après un anles frais de courtage tant pour l'achat que pour une fermeture éventuelle sont additionnés. Les frais sont ensuite situés par rapport à votre investissement initial de 3.225 dollars pour calculer l'impact sur votre rendement.
  • À l'expiration de votre option en 2020: vous ne payez pas de frais de courtage à l'expiration. Pour calculer l'impact sur votre rendement, nous ne tenons donc compte que de vos frais d'achat.

 

Pour calculer l'impact sur votre rendement, les frais de courtage sont divisés par votre investissement initial puis par le nombre d'années durant lesquelles vous avez détenu l'option (dans ce cas-ci, deux ans).